Compétences en céramique

Ceramany maîtrise tous les procédés de fabrication de la céramique, depuis le traitement des poudres jusqu’au moulage par injection à haute et basse pression, en passant par le pressage à sec et le pressage isostatique.

L’usinage vert qui suit est effectué sur des tours et des fraiseuses à commande numérique.

Après le processus de frittage, le traitement mécanique n’est possible que par rectification avec des outils diamantés. Nous pouvons nous appuyer sur les processus suivants :

  • Rectification plane
  • Rectification cylindrique extérieure
  • Rectification cylindrique intérieure
  • Rectification sans centre
  • Honage (honage plan, superfinish, honage intérieur)
  • Forage
  • Rodage
  • Polissage

La rectification de précision permet d’obtenir des tolérances étroites selon la norme DIN ISO 2768-mK ou mieux.

Nos matériaux :          

Oxyde d’aluminium

Ceramany utilise l’oxyde d’aluminium dans de nombreuses applications, car ce matériau est très polyvalent et comparativement bon marché par rapport à d’autres céramiques à hautes performances. Il est dans de nombreux cas déjà moins cher que le carbure, ce qui est dû à la proportion de terres rares.

L’oxyde d’aluminium se distingue par une très bonne résistance à l’abrasion et est presque aussi dur que le diamant. D’autres propriétés remarquables sont la résistance aux produits chimiques, par exemple aux acides et aux alcalis, une résistance thermique très élevée.

L’oxyde d’aluminium présente une conductivité thermique très élevée.

Grâce à une haute pureté de 99,7 %, la solidité et la résistance à la corrosion ont également pu être à nouveau considérablement améliorées. Grâce à sa rigidité diélectrique, l’oxyde d’aluminium est très souvent utilisé comme isolant électrique.

Oxyde de zirconium

L’oxyde de zirconium (dioxyde de zirconium) se caractérise par une très haute résistance à la flexion et au choc. Par conséquent, l’oxyde de zirconium est relativement « mou » par rapport à d’autres céramiques à hautes performances. Cela rend le matériau particulièrement intéressant pour les composants de la construction mécanique et convient bien comme pendant pour l’acier ou le carbure, par exemple comme lunette.

L’oxyde de zirconium est biocompatible et convient ainsi au secteur alimentaire et à la technologie médicale.

Sa faible conductivité thermique permet de l’utiliser également comme isolant thermique. Grâce au module d’élasticité presque identique et à la même dilatation thermique que l’acier, il est logique de l’installer dans des assemblages soumis à une charge thermique. 

Nitrure de silicium

Cette céramique polyvalente parmi les plus performantes offre toute une série d’avantages pour les applications les plus diverses. Sa faible densité rend ce matériau très léger, ce qui est intéressant pour les systèmes à mouvements rotatifs ou pivotants.

Le nitrure de silicium est très dur et chimiquement très résistant, comme l’oxyde d’aluminium. En ce qui concerne la résistance aux chocs, le nitrure de silicium est plus proche de l’oxyde de zirconium et peut donc être utilisé dans tout le domaine de la construction de machines et d’installations lorsque de nombreux problèmes surviennent en même temps.

Cependant, le plus grand avantage est la résistance aux températures élevées et aux chocs thermiques. C’est pourquoi on trouve ce matériau dans les systèmes à induction. En outre, le nitrure de silicium conserve toute sa résistance jusqu’à près de 1 000 °C et ne se dilate pratiquement pas.